bism     

                                                                  I N T R O D U C T I O N

 

                                                                            L’OLIVIER

 

  L’olivier présente deux visages :

                                                  Sous sa forme sauvage il se nomme  oléastre ( oléa europaea , variété sylvestris)

      et sous sa forme cultivée, olivier (oléa europaea , variété sativa ).

       Les premiers plants domestiqués apparaissent vraissemblablement dés le quarriéme millénaire av.J.C en Asie

       Mineure et se propagent ensuite dans tout le Bassin méditerranéen au fil des échanges commerciaux et des

       conquêtes. Les civilisations méditerranéennes successives développent et intensifient sa culture et son utilisation.

       CET ARBRE SYMBOLE DE LA PAIX ET DE LA LUMIERE EST MAINTES FOIS CITE DANS LA BIBLE

       COMME DANS LE CORAN.

                                                  Il est devenu un des fondements de la civilisation et de l’identité méditerranéennes,

       Car il fait historiquement partie de la trilogie Vigne Blé Olivier, est intimement lié au paysage sous forme de plan-

        -tations ou valorisé dans les jardins au cœur des villes et touche une large partie de la population, à tel point qu’

        elle lui voue affection et respect ( arbre nourricier , patrimonial , esthétique , d’agrément ). Au final , il représente

        un art de vivre méditerranéen.

                                        PC250097

                                       « Là ou l’olivier renonce, finit la méditerranée. » George DUHAMEL.

     L'ARBRE /:

                                         L ’Olivier est un xérophile : ses feuilles persistantes coriaces et à forte cuticule sont capables

d ’ emmagasiner l ’ énergie solaire tout en résistant à la sécheresse estivale grâce à une évapotranspiration réduite ;

 son appareil racinaire, puissant et développé, se distingue par de profondes racines, dont les nodosités émergent au

ras du sol. Arbre à croissance lente, il est doté d ’ une remarquable longévité :il n ’ est pas rare de rencontrer des

 spécimens pluri centenaires, il se distingue par une grande rusticité :il croit et fructifie sur des sols ingrats et

 sous des climats semi-arides. L’oléastre se distingue aisément de l’ olivier, par un aspect buissonnant, par de toutes

 petites olives fortement amères et peu huileuses et par des rameaux de section carrée et chargés d ’ épines.

                             

                     L'ARBRE

 

                                                            SES RAMEAUX / :

 

                                                                                                             SES FEUILLES / :

 

                                                                                                                                                         SES GRAPPES / :  

                         

Habituellement, il mesure 5 à 10 mètres de hauteur bien que certains spécimens atteignent jusqu'à 20 mètres. Il se

 compose d’un tronc, de charpentières, branches maîtresses de l’arbre, et de houppes formées de multiples rameaux.

 Son tronc, droit et lisse à l’origine, se noue, se creuse, s’ébouriffe et s’évide au cœur en vieillissant. De même, son

 écorce, d’abord lisse et grisâtre, s’épaissit fortement, devient brunâtre, gerçurée et crevassée.L ’ olivier produit un

 bois très recherché en ébénisterie pour Dureté, son agréable poli et ses riches tonalites. De couleur beige foncée à

 brun jaunâtre, cette essence est traversée par de larges marbrures brunes et foncées.

Les charpentières, dont les ramifications forment la couronne de l’arbre, représentent la « colonne vertébrale »

 de l’arbre. La variété influe directement sur le port de l’ arbre ; des rameaux assez rigides donnent un port érigé,

 c'est-à-dire dirigé vers le haut, alors que des rameaux souples confèrent à l’ arbre un port pleureur.

 Disposées en opposition sur les rameaux, les feuilles sont simples, entières, enroulées sur les bords avec un pétiole

 court et une extrémité légèrement  pointue. Leur couleur varie de vert tendre à vert grisâtre au-dessus et de blanc à

 grisâtre en dessous. Comme pour les oléacées, seule la nervure centrale est apparente. Selon les variétés, les

dimensions et la forme des feuilles varient fortement

 Au printemps, des petites grappes de fleurs se dressent à l’aisselle des feuilles : ce sont les inflorescences.

 Une grappe peut facilement porter 10 à 40 petites fleurs blanches et odorantes. Lors de la nouaison, seule uni infime

 partie des fleurs est fécondée  pour former des fruits : il faut une centaine de fleurs pour donner 1 à 5 olives. Le fruit

atteint sa taille normale en octobre. Le fruit est composé d’un noyau contenant un amandon, d’une pulpe et d’une peau

 épaisse (épicarpe). Les cellules de l’olive contiennent des vacuoles chargées d’huile.

A maturation, l’épicarpe passe du vert tendre au rouge ou violet, puis au noir (la véraison)                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                       Retour a la page principale