Bon à savoir !

 

 

            LES  PRODUITS  DE  L’OLIVIER  ET  LA  SANTÉ

 

 

                       Les produits de cet arbre bienfaiteur ont des effets thérapeutiques reconnus

 

 Les feuilles d’olivier :

 

                                    Pour combattre l’hypertension, on prend des feuilles d’olivier qu’on fait bouillir

 

      15 à 20 minutes (environ 20 feuilles pour 1/3 de litre d’eau), puis on passe et on sucre cette boisson

 

      chaude qu’on boit matin et soir pendant 15 jours.

 

      Macérées ou en décoction, des feuilles ou des fleurs se révèlent être un fébrifuge efficace. A défaut

 

      de quinquina, les combattants de la guerre d’Espagne ont utilisé ce remède.

 

L’huile d’olive :

 

                               Usages et utilisations divers

 

       L’olivier sauvage, ou oléastre, fournissait des fruits que l »homme a transformés en huile dés le VI éme

 

       millénaire. On en retrouve des témoignages en Phénicie, en Syrie et en Corse. Dans le monde Gréco-romai

 

       l’huile servait à l’éclairage et à l’alimentation. Au Moyen-Âge, toute l’Europe mangeait maigre durant le

 

       carême et seul la cuisine à l’huile d’olive (pour les Méditerranéens) était autorisée. Dés la fin XV éme siècle,

 

       l’huile a été utilisée en grande quantité d’une part pour le traitement de la laine et, d’autre part, pour la

 

       fabrication du savon dans les savonneries. Au XIX émet siècle, l’huile a servi au graissage des mécanismes et a

 

       celui des laines et des soies.

 

             Des études scientifiques rigoureuses ont démontré l’action bénéfique de l’huile d’olive sur la santé.

 

                                                              EN USAGE INTERNE

 

        -      Elle est laxative (pour combattre la constipation, il suffit de prendre 2 cuillerées à soupe d’huile le matin à jeun)      

                          

-         Elle est cholagogue et cholérétique (elle régularise la sécrétion de la bile et prévient l’apparition des calculs biliaires).

 

-         Elle favorise une bonne ossification par ses fortes teneurs en acide oléique.       

 

-         Elle traite avec succès les ulcères de l’estomac et les gastrites

 

-         Elle lutte contre la sénilité.

 

 

                                                          EN USAGE EXTERNE

 

-         Elle est émollient (on applique contre les cors et les durillons un cataplasme fait d’huile et d’ail aussi bien cru que cuit)

 

-         Elle est adoucissante (elle atténue les irritations comme les brûlures et lisse la peau ; les femmes enduisent d’huile

 

                                      leur cuir chevelu et leurs cheveux pour les rendre plus doux et forts et parfument leur bain en y versant

 

                                      une demi cuillerée à soupe d’huile et quelques gouttes d’essence de lavande ou de romarin)

 

-         Elle est assouplissante (elle détend les muscles et les peaux contractées, après l’effort

 

                                      physique, les athlètes frictionnent leurs muscles avec un mélange

 

                                      d’huile et d’essence de romarin, usage qui remonte à l’antiquité.

 

L’huile d’olive est une des composantes du régime Crétois avec les légumes, les fruits, les céréales, les légumineuses, les poissons,

 

 le fromage et un peu de vin rouge. Ce régime connaît une vague d’engouement dans les pays industrialisés.

 

 Il a pour intérêt de prévenir l’apparition de maladies cardio-vasculaires.

 

                        DE  L’HUILE  D’OLIVE  POUR  AVOIR  MOINS  FAIM

 

   L’acide oléique de l’huile d’olive réduirait la sensation de faim. Ce sont les résultats d’une nouvelle étude américaine

 

qui suggère que ces composés aideraient dans la lutte contre l’obésité et le surpoids.

 

   L’huile d’olive diminue la sensation de faim et aiderait à réduire la fréquence des repas. C’est du moins ce que conclut une

 

nouvelle étude parue dans la revue Cell Métabolisme. Des chercheurs de l’Université de Californie viennent de montrer que

 

l’acide oléique, un des composés de l’huile d’olive, est converti dans l’intestin en une hormone, la oleoylethanolamide (OEA)

 

qui augmente la sensation de satiété.

 

   Des études antérieures avaient montré que l’OEA, administré comme médicament, diminue l’appétit et la fréquence des repas.

 

Les chercheurs ont voulu connaître l’origine de cette hormone.

 

   Pour l’étude, ils ont donc observé le devenir dans l’intestin grêle du sucre, puis des protéines et enfin des graisses. Ils ont remarqué

 

que la production d’OEA était boostée par les graisses et plus précisément par l’acide oléique.

 

   « Ces résultats confirment que c’est bien l’acide oléique fournit par la nourriture et non par le plasma qui sert dans le métabolisme

 

de l’OEA, l’hormone qui diminue l’appétit » précise le docteur Danièle Piomelli, auteur principal de l’étude.

 

   Ces résultats sont importants dans la lutte contre l’obésité et le surpoids qui touchent plus de la moitié des Européens.

 

     G.J, Schwartz, J.Fu, G.Astarita, X.Li, S.Gaetani, P.Campolongo, V.Cuomo, D.Piomelli, « The lipid Messenger

 

  OEA Links Dietary Fat Intake To Satiety », Cell Metabolism, 8 October 2008, volume 8, issue 4, Pages 281-288.

 

 

 

                                                                                                                               

Retour à la Page Principale