L’huile d’olive Algérienne  est généralement de faible teneur en acidité et bénéficie d’une bonne qualité physico-chimique et organoleptique.

Parce qu’elle n’est pas raffinée, l’huile d’olive extra vierge garde ses grandes qualités nutritionnelles. Son goût exquis rappelant son fruit. Elle est à la base du fameux régime méditerranéen.

 L’huile d’olive contient environ 76℅ d’acides gras mono- insaturés et ceux-ci ont une excellente réputation.

 

COMMENT APPRECIER UNE BONNE HUILE D’OLIVE ?

  Deux critères entre en jeu :

 

LA QUALITE DE L’HUILE ET LE GOUT :

 

    Une huile de qualité est une huile d’olive vierge extraite par première pression à froid. A partir de procédés exclusivement mécaniques (absence de tout solvant ou autre additif).

Cette huile est classée soit en huile d’olive vierge ou goût irréprochable et a très faible acidité (inférieure à 0.8℅), soit en huile d’olive vierge au goût sans défaut et à faible acidité (de 0.8 à 2℅) selon la réglementation européenne.

De l’huile d’olive émane une palette de saveur, on distingue normalement  soit un fruité vert (huiles réalisées à partir d’olives vertes), soit un fruité noir (olives affinées), ou un fruité doux (olive Surnatures).Les huiles de fruités noir sont également produites à partir d’olives et ont subi une fermentation adéquate. Le moulinier a fait subir aux olives un court échauffement avant leur transformation en les disposant en tas énormes durant 2 à 3 jours afin de  conférer à l’huile un léger goût de Chaumé.

   Suite à une malfaçon, l’huile d’olive peut avoir des défauts olfactifs et gustatifs, rendant sa consommation décevante, voir désagréable, l’acidité, le goût  de moisi, de renfermé, de vinaigré ou de rance sont à éviter comme celui de chaumé très prononcé. L’huile, comme le vin peut être élaboré soit à partir d’une seule variété d’olive, telle la Tanche pour l’huile de Nyons, soit à partir d’un assemblage de plusieurs variétés : la Salonenque, l’Aglandou  et la Grossane pour l’huile du pays d’AIX. Donc pour acheter une huile il faut auparavant la déguster et choisir celle qui convient le mieux à son palais.

En tout cas, l’huile doit être stockée à l’abri de la lumière et de l’air dans un local à air ambiant. Cela afin d’éviter qu’elle ne rancisse.

 

COMMENT LA CHOISIR, L’UTILISER ET LA CONSERVER ?

 

       Pour bénéficier de ses atouts santé, il faut consommer de l’huile d’olives extra-vierge de première pression à froid. Cela signifie que l’huile a été extraite des olives par un procédé mécanique (pression à froid) sans subir aucun raffinage chimique. Il s’agit d’abord d’un pure «  jus de fruits »  100℅ naturel. Seul huile obtenue à partir de la première extraction  est utilisée. Les acides gras qui la composent conservent ainsi toutes leurs qualités.

Les huile vierge fond l’objet de dénomination contrôlé.

Il existe de nombreuses variétés d’huiles d’olives, qui se distinguent par leurs saveurs et leurs arômes. Les qualités gustatifs des huiles dépondent de la variété des olives, du climat ou du sol de culture à vous de choisir !

 Lorsque vous achetez une huile d’olive conservez- la à température ambiante, à l’abri de la lumière, pendant 2 ans au maximum. L’huile d’olive fige au froid : vous devrez la laisser « fondre » avant de l’utiliser si vous la conserver au réfrigérateur. L’huile d’olive apporte une saveur incomparable aux salades. Vous pouvez aussi la faire chauffer pour faire revenir des aliments (évitez les grandes fritures).

Comme pour tous les autres aliments, l’équilibre et la modération reste  de mise : il faut varier les huiles pour couvrir au mieux tout les besoins en acides gras. Au quotidien, consommez donc l’huile d’olive en association avec d’autres huiles (noix, soja…).

L’huile d’olive reste calorique (9 calories par gramme, comme tout les autres huiles).Sachez profiter de ses bienfaits avec modération.

 

ACIDES GRAS MONO-INSATURES, VITAMINES ET ANTIOXYDANTS 

 

     L’huile d’olive vierge ne contient pas les mêmes acides gras que les autres huiles végétales et les huiles d’origine animale. Grâce à sa teneur élevée en acides gras mono-insaturés,  sa consommation régulière permet de réduire à long terme les risques de maladies cardiovasculaires  en diminuant le taux sanguin de « mauvais » cholestérol (lié au LDL) tout en augmentant celui du « bon »cholestérol  (lié au HDL) .En outre, elle renferme un acide gras essentiel (acide linoléique).

A la difference  des graisses  animales l’huile d’olive ne contient pas du cholestérol.

          Elle renferme également des antioxydants (polyphénols, vitamines E, A…).

Enfin, elle permet d’assurer les apports d’acides gras dans le cadre de régimes  diabétique ou minceur.

Selon une nouvelle étude chinoise l’huile d’olive pourrait avoir des bénéfices et des vertus contre l’obésité et le diabète. C’est du moins ce que suggèrent des chercheurs chinois qui se sont penchés sur les propriétés d’un extrais de l’huile d’olive. L’hydroxytyrosol.

 

BON ET MAUVAIS CHOLESTEROL 

 

     Ni intrus, ni poison violent, le cholesterol est, bien au contraire, une substance vitale.

Outre son rôle dans le bon fonctionnement du système nerveux, le cholestérol possède des fonctions spécifiques dans l’élaboration de certaines hormones et contribue également la fabrication de vitamine « D ».

Ce n’est que lorsqu’il s’amoncelle dans les artères qu’il devient «  l’ennemi  à abattre », car le cholestérol constitue dés lors l’un des principaux facteurs  de risque cardiovasculaire.

 Mais il existe un bon et un mauvais cholestérol.

 

TOUT SAVOIR SUR LE LDL ET HDL CHOLESTEROL 

       Le cholestérol est véhiculé dans le sang par les LDL (ou lipoprotéines de petites densité) qui transportent le cholestérol du foie vers les tissus et les HDL (ou lipoprotéines de haute densité) qui récupèrent l’excès de cholestérol dans les cellules pour le rapporter au foie ou il est éliminé.

Mais lorsque le taux de cholestérol LDL est très élevé, l’excès se dépose sur la paroi de l’artère et peu à peu se forment de véritables plaques de graisse appelées Athéromes.

Le cholestérol des LDL est par conséquent appelé «mauvais cholestérol ».

Les HDL, par contre, ont la faculté de nettoyer les artères des dépôts lipidiques. Une augmentation de son taux dans le sang diminue le risque de maladies cardiovasculaire. Il est par conséquent dénommé le «  bon cholestérol ».

 

CHOLESTEROL, GRAISSE SATUREES ET INSATUREES…

 

Mais il ne suffit pas de « manger sans cholestérol » pour ne pas en avoir.

En effet, les aliments contiennent d’autres graisses qui peuvent influencer le taux  de « bon » et de « mauvais » cholestérol.

Plus l’alimentation est riche en graisses dites « saturées » : beurre, crème fraiche, fromages, charcuteries, pâtisseries et nombreux produits industriels. Plus est élevé le taux  de mauvais cholestérol.

Au rang des graisses qui abaissent le taux de mauvais cholestérol figurent les acides gras mono insaturés, dont les principales sont l’huile d’olive, de colsa, d’arachide, les noisettes, les amandes, les avocats et les polyinsaturées que l’on trouve dans la plupart des l’huiles végétales et les poissons. 

       

RETOUR A LA PAGE PRINCIPALE